Maxime Ménivier, un aventurier sans frontière

Maxime Ménivier a tout laissé en France quand il a découvert le Québec. Installé ici depuis 30 ans, il propose avec sa société Almax son expertise pour aider ses clients à rayonner sur la scène mondiale. Rencontre avec un voyageur passionné.

À l’occasion de ses 25 ans, Papillon met à l’honneur les entrepreneurs du Québec qui ont osé se lancer dans l’aventure dans une série de portraits ! Voici leurs histoires inspirantes…

Français d’origine, Maxime Ménivier est Québécois de cœur. Avec des contacts d’un bout à l’autre du globe, il aide les entreprises qui le sollicitent à se développer à l’international. « Je m’occupe de la stratégie, du contrôle des risques et de la qualité, du budget… » Il a autant la bougeotte que le goût des affaires.

Maxime découvre le Canada un peu par hasard. À l’époque, il gérait des franchises d’impression couleur à prix très compétitifs. « Je cherchais une idée de voyage pour récompenser mes meilleurs commerciaux et on m’a proposé du rafting au Québec ». Emballé par l’idée, il atterrit une première fois en 1987.

Dans la foulée, il se renseigne sur le cadre fiscal et juridique du Québec. La mentalité n’est pas la même qu’en France. Il ouvre donc une entreprise pour vendre les franchises ici. « Tout s’est fait dans la journée, je suis rentré en France et j’ai fait mes valises ». Désormais, pour rien au monde il ne ferait le chemin inverse.

À la manière d’un défricheur, il commence l’activité sur le territoire avec son partenaire d’affaires. Mais rapidement, il souhaite prendre une autre voie. « Je me suis demandé quels étaient mes atouts et une chose était sûre : le seul produit en lequel j’avais confiance était moi-même et j’allais me vendre ». Il s’associe donc avec des inventeurs québécois pour les aider à développer leur activité commerciale.

Comme certains n’avaient aucune idée de sourcing pour leurs fournisseurs, il a étendu son action. Cela l’a amené à s’intéresser au secteur de la manufacture. Le Réveil du Tigre asiatique démarre, c’est un investissement rentable. « Le Canada a toujours eu une excellente réputation à l’international et le gouvernement encourageait ce genre de démarches pour ouvrir le marché et être compétitif ».

En 1994, il crée Almax Developpement Canada Inc, commence à voyager de plus en plus et se retrouve au Honduras lors d’une mission de logistique fédérale. « C’est là que j’ai découvert un point central tout aussi compétitif que l’Asie: l’Amérique Latine incluant les Caraïbes à 5 h d’avion de Montréal et une semaine de bateau ». Après 19 ans son réseau de contacts auprès des différentes autorités, tant du secteur privé que gouvernementaux de toute la région, n’a cessé de croître.

En 1999, le développement des affaires pour ses clients l’amène à voyager en Afrique de l’Ouest. Cela tombe bien ! Il y est né et y a passé ses premières années. Il découvre 40 ans plus tard, le potentiel de ce continent ou les Chinois sont déjà présents. À l’heure actuelle, Maxime a développé des projets dans quatorze pays africains.

Maxime Menivier Almax

Almax a pour vocation d’accompagner les sociétés québécoises manufacturières ou de services dans leur développement international. Il existe deux branches d’action : la recherche de compétitivité et le développement de marché. « J’assiste les entrepreneurs et de belles aventures voient le jour ».

Selon lui, la vie comme le monde des affaires, est une autoroute pour se rendre du point A au point B. Parfois il y a des obstacles, il faut dépasser ou utiliser la file d’urgence en dernier recours mais toujours en faisant attention au rail. « Un comptable doit être là pour vous assurer de ne jamais toucher le rail ».

Maxime rencontre Papillon à ses débuts à Saint Sauveur. « Il me fallait un comptable à qui je puisse faire confiance à 200%. Quelqu’un qui puisse écouter mes stratégies et mes folies tout en mesurant les risques ». Avec leurs conseils avisés, Papillon devient un allié important pour la gestion d’Almax.

Au Canada, tout le monde a sa chance. Loin des clichés de David Crockett et des igloos, il apprécie par-dessus tout la liberté. « Ici, il existe une véritable dynamique de réflexion et une recherche permanente d’efficacité ». Des valeurs qui lui ressemblent bien. C’est sûr, Maxime a bien trouvé sa terre d’adoption !

Une de ses forces d’affaires est sans conteste la communication. Avec un sens du relationnel particulièrement développé, pas étonnant qu’il ait créé un réseau de contacts durables. « Avoir des contacts est essentiel, on évolue dans un monde qui met l’accent sur qui on connait ». De l’Amérique Latine à l’Afrique, il a consolidé son répertoire et est capable d’intervenir n’importe où sur la planète.

Aujourd’hui, sa réputation n’est plus à faire mais ce n’est pas pour autant qu’il arrête de travailler. Cette réussite lui permet cependant de pouvoir plus profiter de la vie comme il l’entend. « Je peux me permettre de voyager et de consacrer mon temps libre à l’archéologie, une passion que j’ai depuis tout petit ».

ON lui souhaite de belles découvertes !

http://www.almaxinc.com

Papillon est un cabinet comptable fort de 25 ans d’expérience. Notre équipe de 3 CPA associés et 12 collaborateurs soutient des projets concrets, des entreprises déterminées, à échelle locale ou internationale. ON offre avant tout une expérience humaine à l’écoute de vos besoins.